Pourquoi il n'y a pas de soldes ?

_DSI0643.JPG

Des soldes chez Cécile chine ? Ca ne colle pas.

 

Finalement, faire les soldes, c’est intéressant (il y a plein de sens ici). C’est l’un des rares moments de l’année où on a une vision globale sur la surproduction (puisque tout ce qui est en solde évolue vers le stade “déchet” la saison suivante), sur les marges (si un produit peut être proposé à -70% de réductions, alors que la loi interdit de vendre "à perte" qu’est-ce que cela signifie ? Peut-être que les prix sont juste 4 fois trop élevés tout le reste de l'année ? ).

Comment aborder ce sujet de manière légère et éducative, tout en sachant que je n’ai aucune solution miracle à proposer ?

Pour ceux qui sont déter', allez vous acheter Travail salarié et capital de Marx, également disponible en PDF ici .

Pour les autres, voici l’alternative que je suggère :

Regardez les étiquettes.

Demandez-vous où et dans quelles conditions le produit que vous souhaitez acquérir a été développé et ce que cela signifie en terme d'écologie (entre 40 000 et 50 000 tonnes de colorants rejetés dans l’eau chaque année, la teinture est responsable de 20% de la pollution des eaux dans le monde).

Le pays de développement du produit est-il le même que celui de la production ? Pensez aux nombreux voyages de nos vêtements avant d'atterrir dans les bacs de soldes (par exemple pour un t-shirt en coton : le coton est principalement cultivé en Chine, Inde, Etats-unis puis cousu au Bangladesh, Pakistan, Vietnam, Maroc, Portugal...).

Pensez au taux horaire auquel vous êtes payé (par exemple le salaire moyen des ouvriers travaillant dans les ateliers de confection au Bangladesh est inférieur à 100 dollars / mois), à vos conditions de travail (par exemple en Chine, les journées de travail sont très rarement inférieures à 10 à 12 heures/ jours, et de trop nombreux enfants travaillent de nuit et le week-end), demandez-vous si vous voulez cautionner un certain mode de fonctionnement (la fast-fashion, ici) par vos achats.

Je ne parle pas tant de mode ici que de respect de soi et d’engagement personnel.

Voilà, donc tout ce long préambule pour vous démontrer quoi ?

Chez Cécile chine il n'y a pas de soldes car les prix sont calculés de manière JUSTE toute l'année avec une marge de X2,3 à X3 donc le minimum syndical (évidemment les enjeux et objectifs ne sont pas les mêmes donc impossible de comparer, mais les marges des géants que nous connaissons sont plutôt de 7 à 11, hum).

Par ailleurs ; la production étant extrêmement réduite et la plupart des vêtements réalisés à la commande ou sur mesure, il n'y a pas de stock à écouler. En général je coud un 36, un 38, un 40 de chaque modèle, ce qui me fait donc une trentaine de pièces en tout par collection (qui représentent la "prod"), puis je coud au fur et à mesure les exemplaires vendus et le sur-mesure ! Au total 50 pièces environ par collection, ça ne fait pas grand chose qui reste à la fin de la saison :)

J'espère que ces quelques lignes vous auront aidé à y voir plus clair et donné envie de vous informer !

Il me semble que l'attitude parfaite n'existe pas et je sais la tentation que représente la fast-fashion, par son accessibilité et son renouveau constant, c'est difficile de ne pas craquer ! Acheter un petit quelque chose à 10 euros un jour où tu as un coup de mou, ça remonte le moral, je le fais aussi. Mais en prenant conscience du système que j'entretien par mes achats, je commence à être vraiment dégoûtée de ces prix bas car je sais ce qu'ils impliquent, et une fois dégoûtée tu te sens vraiment, vraiment coupable au moment de l'achat compulsif, et donc tu le fais moins, ou plus.

Voilà donc pas de jugement, juste mon désir personnel de mettre en adéquation mes valeurs, ma consommation et mes aspirations pour Cécile chine :)

Bisou, sans rancune !